H2G2 vient de fêter ses 30 ans. Découvrez son histoire...



1971

« Il s’appelle Douglas Adams, il mesure un mètre quatre-vingt-douze, il est sur le point d’avoir une idée. »

(Neil Gaiman, Pas de panique ! Douglas Adams et le Guide galactique, Folio SF n° 171, p. 12)

1978

Le premier épisode de la série H2G2 est diffusé sur la chaîne anglaise BBC Radio 4 le 8 mars 1978 à 22.30. Le succès est énorme.

1979

L’ouvrage le plus remarquable, et certainement le plus lu, à avoir jamais publié par les grands éditeurs de la Petite Ourse est finalement disponible chez les terriens anglophones : The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy (littéralement, « Guide de l'auto-stoppeur pour la galaxie ») paraît chez Pan Books et grimpe très rapidement au top des ventes en Angleterre.

Le livre se vendra à 250 000 exemplaires en trois mois, et atteindra rapidement le premier million d’exemplaires.

1980

Pan Books publie le deuxième tome du guide : The Restaurant at the End of the Universe.

Ce livre, très attendu, restera pendant trois semaines au numéro un des ventes en Angleterre et 19 semaines dans la liste des ouvrages les plus vendus.

La même année aura lieu à Glasgow Hitchercon 1, le premier festival consacré au Guide galactique.

1981

BBC2 adapte la série pour la télévision, en six épisodes.

1982

Le Guide du Routard Galactique paraît dans la collection Présences du Futur chez Denoël, dans la traduction de Jean Bonnefoy.

Présence du futur, n° 340

La quatrième de couverture :

« Ce matin-là, perçant les brumes épaisses d'un lendemain de cuite, les trompettes de l'apocalypse tirèrent Arthur Accroc à la fois d'un lourd sommeil et d'un morne destin. Alors qu'un ignoble bulldozer jaune s'apprêtait à raser sa demeure imprudemment bâtie sur le tracé d'une future voie express, la Justice céleste se manifesta sous l'aspect d'un vaisseau spatial terriblement rutilant et rendit son verdict : la Terre elle-même, roulant imprudemment sur le tracé de la future voie express hyperspatiale, allait devoir être détruite. Pom-pom-pom-pooom... Et c'est alors qu'Arthur voit briller son étoile : son meilleur ami – en réalité un astrostoppeur natif de Bételgeuse – le tire in extremis de ce mauvais pas. Mais on n'en a jamais fini avec le vaste univers. Pour le routard galactique, c'est tous les jours galère... »

Pan Books publie le troisième tome du guide : Life, the Universe and Everything.

Le dernier restaurant avant la fin du monde paraît dans la collection Présences du Futur chez Denoël, dans la traduction de Jean Bonnefoy : c’est le deuxième volume de la série du Guide du Routard Galactique.

Présence du futur, n° 351

La quatrième de couverture :

« Pas de panique ! Votre Guide du routard galactique en poche, vous voilà prêt à affronter les pires épreuves que puissent receler les gouffres de l'espace (et du temps). Citons :

  • le Vortex à Perspective Totale (où vous découvrirez l'univers dans l'horreur de son immensité) ;
  • les concerts d'Oscar Paulette (le premier chanteur de pluto-rock) ;
  • les Allègres Transports Verticaux de la Cybernétique de Cyrius (les ascenseurs qui ont des hauts et des bas) ;
  • la redoutable sagesse antique des religieux Pères-Venches ;
  • les problèmes métaphysiques du Maître de l'Univers ;
  • et... le plat du jour du Dernier restaurant avant la fin du monde.

Ce roman fait suite au Guide du routard galactique et précède La Vie, l'univers et le reste. La magie des paradoxes temporels permet toutefois de les lire dans n'importe quel ordre. »

1983

La vie, l’univers et le reste paraît dans la collection Présences du Futur chez Denoël, dans la traduction de Jean Bonnefoy : c’est le troisième volume de la série du Guide du Routard Galactique.

Présence du futur, n° 369

La quatrième de couverture :

« Mais que fait donc Arthur Accroc avec un sac en peau de lapin et un os dans le nez au beau milieu d'une finale de cricket ? Et que fait le malheureux Marvin, le triste androïde paranoïde, à se rouiller les transistors dans les marais de Coinslab-Huhl ?

Pas de panique ! Toutes les réponses sont dans cet ouvrage fondamental, qui vous enseignera aussi, entre autres :

  • l'art de voler (il suffit de rater le sol en tombant) ;
  • la bistromathique (étude de la relativité des chiffres portés sur les notes de restaurants) ;
  • ... et mille autres subtilités qui raviront les esprits curieux.

Ce roman fait suite au Guide du routard galactique et au Dernier restaurant avant la fin du monde. La magie des paradoxes temporels permet toutefois de les lire dans n'importe quel ordre. »

1984

Pan publie le quatrième volume de la trilogie : So Long and Thanks for All the Fish. La série a vendu 2,5 millions d’exemplaires dans le monde anglophone.

1992

Heinemann publie le quatrième volume de la trilogie : Mostly Harmless.

1994

Salut, et encore merci pour le poisson paraît dans la collection Présences du Futur chez Denoël, dans la traduction de Jean Bonnefoy : c’est le quatrième volume de la série, rebaptisée « Routard galactique ».

Présence du futur, n° 547

La quatrième de couverture :

« À la demande générale... voici le volume 4 de la trilogie du « Routard galactique », une trilogie unique en son genre puisqu'elle comporte 5 volumes à ce jour !

De retour de leurs pérégrinations galactiques, Arthur et Ford se retrouvent sur la Terre qui, paradoxe des zones plurielles, n'a cessé d'exister malgré sa destruction antérieure par les Vogons. Arthur va en profiter pour découvrir :

1/ un bocal à poisson rouge ;
2/ l'origine du message qui l'accompagne ;
3/ le triste sort d'un routier adoré par la pluie ;
4/ l'amour de sa vie.
Et après de nouveaux sévices à notre pauvre planète
5/ l'ultime parole de Dieu à sa création.

Mais tout cela ne nous dit pas où sont passés les dauphins... »

1995

Globalement inoffensive paraît dans la collection Présences du Futur chez Denoël, dans la traduction de Jean Bonnefoy : c’est le cinquième volume de la série.

Présence du futur, n° 552

La quatrième de couverture :

« Oyez ! Oyez ! Voici le cinquième volet de «La Trilogie du routard galactique». Vous allez enfin savoir pourquoi la Terre a été détruite. Qu'est-ce que les Groboulons trafiquent sur Rupert, la dixième planète découverte aux confins du système solaire ? Vous saurez aussi pourquoi Arthur Accroc a une fille d'une femme avec qui il n'a... enfin, rien fait pour ça, et (enfin) toute la vérité sur le kidnapping d'Elvis Presley ! »

2000-2001

Les cinq tomes de la trilogie sont publiés dans la collection Folio SF dans la traduction de Jean Bonnefoy.

En savoir plus sur la série en Folio SF

2001

Douglas Adams meurt à l’age de 49 ans d’une crise cardiaque au mois de mai 2001.

2003

Selon un sondage de la chaîne anglaise BBC, Le guide du voyageur galactique est le 4e meilleur livre de tous les temps.

2004

Folio SF fait paraître Pas de panique !, le « guide au guide galactique ».

Ecrit par Neil Gaiman, célèbre auteur de romans et de bandes dessinées (notamment la série Sandman), le livre raconte la fabuleuse histoire de Douglas Adams et de sa série culte.

2005

Après plusieurs années de travail, et notamment la collaboration de Douglas Adams en personne, le film H2G2 sort finalement dans les salles, produit par Touchstone pictures.

Au générique, Martin Freeman (Arthur Dent), Sam Rockwell (Zaphod Beeblebrox), Bill Nighy (Slartibartfast), Mos Def (Ford Prefect) et Zooey Deschanel (Trillian).

On se souviendra du générique de tête, avec un ahurissant ballet de dauphins chantant « Salut, et encore merci pour le poisson » avant de quitter la planète bleue.

2009-2010

Et l'aventure continue...

And Another Thing… d’Eoin Colfer, sixième tome de la trilogie, est publié en Angleterre et aux Etats Unis. Il paraît en France le 11 mars 2010 aux Editions Denoël et Gallimard Jeunesse, avec le titre Encore une chose…

Découvrez la série dans la collection Folio SF

En savoir plus

Et l'aventure continue avec le 6e volume écrit par Eoin Colfer






Encore une chose...
chez Denoël Lunes d'Encre

Il s'appelle Douglas Adams, il mesure un mètre quatre-vingt-douze, il est sur le point d'avoir une idée...
Lire la biographie

Auteur incontournable de la littérature pour adolescents, et notamment de la célèbre série Artemis Fowl, Eoin Colfer a su redonner vie à l'univers déjanté de Douglas Adams.
Lire la biographie